3-D Imaging Systems for Agricultural Applications—A Review

http://www.mdpi.com/1424-8220/16/5/618/htm

Currently, 3-D sensors are becoming smaller, smarter, and cheaper. Therefore, technology breakthroughs are already possible if enough research were commercialized, a statement justified by the fact that some commercial implementations in agriculture are mentioned in this paper. Since agricultural environments are substantially complex, 3-D vision can play an increasing role in enhanced perception that could be suitable in a number of applications in every agricultural scenarios. The true value of 3-D data lies precisely in the superior sensing capabilities compared to 2-D. Several market forecasts have recently appeared around topics such as LED lighting, 3-D sensors, UAVs, and agricultural automation and robotics. Almost all of them forecast a profitable market for these interconnected topics by the end of the decade. Some 3-D techniques have either not been tested (i.e., photometric stereo, shape-from-polarization, shape-from-zooming, flash LIDAR) or more research has to be done with the rich variety of 3-D imaging techniques in agricultural applications (i.e., interferometry, light field, CTCs). 2-D and 3-D fusion is very promising, since it takes the advantages of the two, and has proved to be useful for either obtaining more information about the object’s surface or facilitating the image segmentation process. All 3-D sensors are sensitive in one way or another to sunlight, however, more research needs to be done to reduce its effects and stop relying on shading devices. As a matter of fact, a positive effect of this disadvantage is that autonomous night farming could be investigated more thoroughly since 3-D sensors behave properly in this environment.

This review presents the rich variety of 3-D imaging techniques that have not been tested, the potential of the ones that have already been tested (due to the increase of their technical characteristics), the working principle behind the 3-D imaging sensors, and the potential of consumer 3-D sensors in agricultural applications. The pace of change in 3-D imaging technology is accelerating, therefore, the possibilities of this technology are immense. Reasons like reduced labour availability, scarcity of natural resources, and consumer demand for quality products are driving the need for automation in agriculture. Since 3-D vision is a key technology for automation, more implementations are yet to come.

UE-FLP: agriculture de précision du bétail – Conférence finale 29/09/16

http://www.eu-plf.eu/index.php/registration-now-open/

http://www.eu-plf.eu/index.php/registration-now-open/#agenda

mailchimp_header-768x384

 

EU-PLF: Bright Farm by Precision Livestock Farming.

FLP développe des outils de gestion destinés à la surveillance automatique continue du bien-être des animaux, la santé, l’impact environnemental et la production en temps réel.

UE-FLP est un projet FP7 financé par l’Union européenne qui vise à traduire les résultats de recherche pour FLP dans un plan pratique qui profite à l’animal, agriculteur, l’environnement et le consommateur.

INNOV-AGRI 2016

 

LOGO-IA2016

 Le Village Agroécologique, http://www.innovagri.com/visiter/village-agroecologique

Ce pôle agronomique et technique est situé au centre du salon et accueillera des ateliers techniques, des démonstrations, des conférences et des cafés débats sur les sujets d’avenir.

Une vingtaine d’ateliers pratiques seront consacrés aux pratiques alternatives, sur lesquels vous pourrez parfaire vos connaissances techniques et agronomiques et rencontrer les meilleurs spécialistes français de l’agroécologie, du machinisme et de l’agronomie. Venez apprendre, approfondir et partager avec nous sur les systèmes agricoles de demain. « 

 

L’agriculture australienne à l’heure du numérique

306552864L’Australian Farm Institute a publié les résultats d’une étude sur « les conséquences de l’agriculture digitale et du big data pour l’agriculture australienne ». Ce travail s’est appuyé sur une série d’entretiens aux États-Unis et en Australie, auprès des acteurs des secteurs agricole, informatique, des télécommunications et de la recherche. Le fait qu’une majorité des fournisseurs d’intrants australiens (machinisme et produits phytosanitaires) sont américains (ou appliquent assez directement les résultats d’études américaines), justifie la comparaison.

Une analyse détaillée est faite des différences de développement de l’agriculture digitale entre les différents secteurs de production, de l’état du marché des services de stockage et d’analyse de données, ainsi que du contexte juridique et institutionnel autour de la propriété des données. Sont également étudiées les limites techniques au développement de l’agriculture digitale. Sur cette base, neuf recommandations sont proposées, parmi lesquelles :

– la mise en place d’un forum entre les acteurs des secteurs agricoles, des télécommunications et du logiciel pour, entre autres, travailler à l’harmonisation des règles d’interopérabilité des données, et sur les questions de propriété et de secret des données ;

– l’établissement d’un principe selon lequel les propriétaires de terres agricoles ou d’animaux de production gardent un droit de propriété sur les données liées à leur activité

– un engagement de l’ensemble des acteurs concernés à suivre un protocole standard d’échange des données ;

– un suivi, par les structures publiques de recherche et de développement agricoles, des standards d’échanges mis en œuvre, et une utilisation par ces instituts des nouveaux circuits d’information pour diffuser les résultats de la recherche.

Pour sa part, le gouvernement australien est invité à apporter un soutien aux travaux de cartographie des sols et d’enregistrement des données climatiques, et à garantir l’accès à des réseaux Internet performants en zone rurale. D’après l’exemple américain, les autorités publiques ne doivent pas s’impliquer dans le développement de logiciels ou plateformes, afin de garantir une concurrence optimale, permettant à terme une ouverture effective des données.

Article de Gaétane Potard-Hay, Centre d’études et de prospective

Source : Australian Farm Institute

Enregistrer

#DigitAg pour l’agriculture numérique : premier Institut de Convergence Irstea

 

12/07/2016

L’Institut de Convergence Agriculture numérique (#DigitAg), porté par Irstea, soutenu par la métropole Montpellier Méditerranée et réunissant 8 infrastructures des investissements d’avenir, 4 instituts de recherche, 4 structures d’enseignement supérieur, la SATT AxLR, l’ACTA, le pôle de compétitivité Qualimed et 8 entreprises privées, a été retenu dans la première vague des Instituts de Convergence (financés dans le cadre des Investissements d’Avenir). Un des 5 instituts sélectionnés parmi 36 candidats, #DigitAg ambitionne de devenir une référence mondiale pour l’agriculture numérique sur la base d’un continuum ambitieux de recherche-formation-valorisation.

Confronté à un défi alimentaire majeur, l’agriculture doit rapidement augmenter ses performances économiques, environnementales et sociales. Les nouvelles technologies sont un levier puissant de la révolution attendue. Afin de favoriser le développement et le déploiement de l’agriculture numérique en France, en Europe et dans les pays du Sud,

  • une implication des acteurs de l’enseignement : Université de Montpellier, Montpellier SupAgro, Agro ParisTech et ACTA. Et en relation avec les universités des pays du Nord comme du Sud,
  • et une collaboration dès l’amont avec les acteurs économiques : SATT AxLR, le pôle de compétitivité Qualimed, IDATE, Agriscope, Fruition Science, ITK, Pera-Pellenc, Terranis et Vivelys et avec le soutien de la métropole Montpellier Méditerranée (French Tech).

 

Les travaux se développeront sur 6 axes :

*Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et monde rural

*NTIC et innovation

*Capteurs et acquisition et gestion de données

*Système d’information

*Structuration du Big data agricole

*Modélisation et simulation

Le tout, aux échelles micro (à la ferme) et macro (impact sur les actions de conseil, nouvelles relations dans les territoires, agriculture numérique dans la chaîne de production, agriculture numérique et  du Sud).

Il prévoit sur 6 ans : 150 masters, 56 thèses,17 à 19 contrats de post-doc. Et vise à créer une graduate school de niveau international, avec 3 formations en agriculture numérique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.researchgate.net/publication/305110941_Study_of_the_effect_of_H2S_MeSH_and_DMS_on_the_sensory_profile_of_wine_model_solutions_by_Rate-All-That-Apply_RATA

 

 

Study of the effect of H2S, MeSH and DMS on the sensory profile of wine model solutions by…

 

 

Study of the effect of H2S, MeSH and DMS on the sensory profile of wine model solutions by…

 

Ernesto Franco-Luesma, M

New emission limits: European mobile machines to become cleanest in the world

 

 

logos associations

Manufacturers welcome final agreement adopted in the European Parliament today

Brussels, 5 July 2016 –

European mobile machines will become the cleanest in the world, according to a new Regulation adopted by the European Parliament today. The new Regulation tightens emission limits for particulate matter (PM) and nitrogen oxides (NOx) for mobile machines such as farm, construction and material handling machinery as well as machines used for municipal and road operation services.

 

The Regulation is the latest step in a series of ever tighter emission limits which had already reduced particulate matter and nitrogen oxide emissions for land-based machines by over 95% in recent years. The new, so-called ‘Stage V’ Regulation is set to reduce emissions even further by setting stricter limits, by introducing particulate number limits, and by extending the scope of the Regulation to additional power categories.

 

European manufacturers represented by their respective trade associations CECE (construction equipment), CEMA (agricultural machinery), EGMF (garden equipment), EUnited Municipal Equipment (municipal & road operation equipment) and FEM (materials handling equipment) welcomed the final outcome.

 

 

Drones for Farming Conference 2016 at Harper Adams University – UK – 10 November 2016

http://www.harper-adams.ac.uk/events/event.cfm?event=201312

150908-Drones-for-Farming-Conference151814

Following the huge success of the Drones for Farming Conference in 2015, this year’s event is set to be bigger, including presentations of new applications for drones in agriculture.

The use of drones, equipped with state-of-the-art cameras, continues to grow. They are used to monitor and map areas producing data to measure crops, help improve yield and plan interventions. 

Drones have capabilities beyond imaging and data capture, which can provide other solutions to modern day precision issues.

Progress is moving swiftly at the National Centre for Precision Farming at Harper Adams University, where we are investigating second generation drones, which have a wider range of commercial agricultural applications. Their ability to target small areas means that they will be able to reseed where crops have failed to emerge and to make targeted applications of chemicals and fertilisers to small zones within fields.

http://www.harper-adams.ac.uk/initiatives/national-centre-precision-farming/

Guest speakers – Keynote speaker – Guy Smith, NFU

Key speaker – Matt Williams, Aerial Motion Pictures

International speaker – Rocío Ballesteros Gonzalez, UCLM

Technology provider – Ashley Bryant, VTOL Technologies

Professional UAV pilots – Jonathan Gill, Neil Gabriel, James Bradbury-Willis, Chris Eglington

………………….

 

 

 

MCG2016 5th International conference on Machine Control & Guidance – Vichy – 5 – 6 octobre séminaire RMT AgroETICA 4 octobre – la robotisation l’automatisation en agriculture

 

http://mcg2016.irstea.fr/seminaire-rmt-agroetica/

mcg

 

4 octobre / Séminaire RMT AgroETICA sur la robotisation et l’automatisation en agriculture

In satellite of MCG2016 Conference, a seminar about “Robotics and Automation in Agriculture” will be held the 4th of October by RMT AgroETICA on the Research and Experimental Center of Montoldre – Irstea not very far from Vichy.

This seminar will be conducted in French langage.

MCG2016 participants who will be interested to participate are welcome.

For this purpose Thanks to send a message to mcg2016[at]irstea.fr (We will precise later logistical aspects).

 

Trimble déploie son réseau Vantage en France

Vantage_Header

http://www.terre-net.fr/materiel-agricole/reportage/article/trimble-deploie-son-reseau-vantage-en-france-213-120578.html

La marque, impliquée de manière importante dans l’agriculture de précision depuis près de 25 ans, a donné récemment une inflexion à sa stratégie de distribution. L’entreprise encourage le développement d’un réseau mondial de distribution mieux adapté aux attentes du monde agricole : le réseau Vantage by Trimble agriculture.

Trimble a commencé à établir son réseau mondial de distribution Vantage pour accompagner l’évolution rapide de l’agriculture de précision. Ce réseau fournit les solutions technologiques Trimble aux agriculteurs, conseillers, négoces, coopératives et constructeurs locaux. Vincent Daoulas, responsable des ventes Europe de l’Ouest de Trimble Agriculture, a mis en lumière à l’occasion d’une journée presse, l’évolution actuelle de l’agriculture de précision.  Celle-ci se caractérise selon lui par une standardisation des systèmes embarqués de guidage des machines et par un besoin grandissant des agriculteurs en conseil,  gestion des données et agronomie

 

Source   / terre-net :

 

 

 

Enregistrer

Focus sur les différentes familles d’outils de désherbage mécanique et les coûts relatifs à leur utilisation

Bineuse-16-rgs-mais-semence-620x344

Désherbage mécanique : un coût très variable suivant le nombre d’hectares travaillés

Les outils de désherbage mécanique connaissent un regain d’intérêt. Focus sur les différentes familles de matériels qui existent et les coûts relatifs à leur utilisation.

Dans une période où la pression sociale sur l’emploi de pesticides est grandissante, où la règlementation environnementale est de plus en plus contraignante (le plan éco-phyto 2 prévoit de réduire leur utilisation de 50% d’ici 2025), la fdcuma d’Indre-et-Loire a décidé de mener une réflexion sur des alternatives au désherbage chimique.

Lors de son assemblée générale du 25 février, elle a présenté une étude technique et économique.

Il existe trois grands types de matériels de désherbage mécanique, utilisés selon les besoins, les sols et le stade des adventices : la houe rotative, la herse étrille et la bineuse.

 

Les Chambres d’agriculture Hauts-de-France démarrent un nouveau programme sur l’innovation des agroéquipements au service de l’agroécologie.

Chambres-Hauts-de-FranceAgroéquipement & Agroécologie

Les Chambres d’agriculture Nord Pas de Calais Picardie démarrent un nouveau programme sur l’innovation des agroéquipements au service de l’agroécologie.

Les nouvelles technologies  et les nouveaux outils sont nombreux, les innovations souvent prometteuses.

Les Chambres d’agriculture, au cœur du développement agricole sont forces de propositions pour la mise en œuvre de ces innovations dans les exploitations agricoles.

L’analyse, la compréhension et l’évaluation de l’innovation en agroéquipement sont les objectifs de ce programme de travail commun pour accompagner les agriculteurs dans ces changements techniques.

 

Viser des « Big data » utiles pour les métiers de l’agriculture

fiches_Infogram-resized

Documents administratifs, traçabilité, environnement, agronomie, machinisme,… De nombreux domaines pourraient être concernés.

Tout le monde parle de Big data. Mais qu’en est-il pour l’agriculture ?

L’avis d’un agriculteur  : « Un agriculteur passe plus de temps au bureau que dans les champs. Et le pire, c’est qu’il ne peut pas valoriser ces informations ! le métier exige de plus en plus d’interconnexions. Lier et entrecroiser nos données permettra un gain de temps énorme ».

Le secteur du machinisme enfin, les capteurs produisent aujourd’hui 10 Mo de données par seconde sur un tracteur. C’est trop !

Dans cette course au Big data, le risque est de s’enliser dans l’accumulation de données inutiles. « Les constructeurs doivent analyser quels sont les réels besoins des agriculteurs. Connaître la consommation du tracteur, c’est intéressant ! Savoir s’il consomme 20 ou 22 l/h, beaucoup moins. Le prix du carburant, ce n’est pas ce qui pèse lourd dans les charges. Il faut plutôt être capable de dire s’il est utile d’acheter une nouvelle machine, ou de quelle puissance doit-on disposer en fonction des pratiques, cultures et type de sol. Le besoin de puissance va s’adapter, les charges de mécanisation aussi.

Certes les engins sont de plus en plus performants et embarquent de plus en plus de technologies, mais celles-ci doivent répondre aux besoins des agriculteurs. Pas l’inverse. « Actuellement, les producteurs font évoluer leurs pratiques en fonction des équipements. Si l’on continue de raisonner ainsi, le Big data ne nous apportera rien !

C’est la technologie qui doit s’adapter aux exigences du terrain ».

Sources

http://www.modelia.org/moodle/

http://www.modelia.org/moodle/pluginfile.php/2358/mod_resource/content/1/BigDataAgricole_10mars2016_programme_print.pdf

Le big data agricole : décryptage. http://www.invivo-group.com/fr/big-data-agricole

Climate Corporation | Data services for yield maximization.
Avec Farmers Business Network, Google investit dans l’agriculture connectée.

Enregistrer

Agriculture de précision : traiter efficacement sans léser l’environnement

eo_qZ1WA_bigger

http://www.irstea.fr/nos-editions/dossiers/innovation-agriculture-performante-durable/produits-phytosanitaires

 

Drones diagnose plant health and decrease insecticide use

http://www.sciencewa.net.au//topics/agriculture/item/4235-drones-diagnose-plant-health-and-decrease-insecticide-use

The eight-rotor octocopter mounted with a multi-sensor sensor camera is diagnosing stress levels in plants The eight-rotor octocopter mounted with a multi-sensor sensor camera is diagnosing stress levels in plants.

Plants suffer stress from nutrient deficiency, making them more susceptible to pest attacks.

Increased pest attacks result in increased blanket use of insecticides, but new technology could combat this.

Drones and multi-sensory cameras can detect nutrient deficient/susceptible areas, and map for targeted treatment by farmers.

DRONES, or Unmanned Aerial vehicles (UAVs), are playing the role of medical doctor and are now able to diagnose the stress levels of plants, which could lead to less insecticide use.

Quirky as it may sound, stress in plants is a key factor in their susceptibility to pest attacks.

For commercial grain crops, this can have a massive impact on results.Plants can be stressed for any number of reasons, but one of the most common is a nutrient deficiency, according to Department of Agriculture and Food WA research scientist Dusty Severtson.

« In particular, previous studies have found plants deficient in potassium will be more susceptible to attacks from pests, such as aphids, » he says.dc0900c4858a2f0dce82ed3898356bb3_L

 

Enregistrer